Venez fêter les fêtes de fin d'année à la provençale

Les fêtes de fin d'année à Marseille

Ho ho ho, Noël approche et avec lui nos traditions provençales et marseillaises du mois de décembre ! Venez préparer avec nous des fêtes de fin d’année typiquement marseillaises sous le soleil.

Publié le 7 décembre 2020

Quand blé rime avec richesse

En effet, ici c’est le 4 décembre que tout commence, chaque marseillais qui se respecte plante le blé de la sainte Barbe (patronne des pompiers).

Quezaco ? Autrefois, si le blé poussait bien, la récolte serait abondante et donc la richesse assurée. Aujourd’hui encore, la tradition veut que l’on plante le blé dans une coupelle pour que nos finances soient prolifiques dans l’année !

Pour les néophytes voici un petit tuto spécial « planter son blé de la Sainte Barbe » : Déposez du coton dans un ramequin bien à plat, sur toute la surface. Arrosez le avec un peu d’eau  et étaler le blé par-dessus. Arrosez le régulièrement, sans le noyer, pour bien qu’il germe. Une activité idéale et facile à faire avec les enfants ! 

On s’offre quelques santons !

En attendant que votre blé pousse, faites donc un tour à la Foire aux Santons qui s’installe sur le Vieux-Port. Une multitude de baraques offrent aux visiteurs leurs petits personnages d’argile peinte que l’on retrouvera dans la crèche.

En principe, on doit rester fidèle à son santonnier afin que l’ensemble de la crèche soit harmonieux, l’originalité réside dans la décoration, l’étable, les montagnes, la perspective, les fontaines, les cours d’eau ….

En famille, on va ramasser de la mousse, des branches, des baies, des cailloux, tout ce qui fera le décor de la crèche que l’on installe sur un buffet ou une table dans le salon afin que chacun puisse l’admirer le soir de Noël.

Dans la crèche traditionnelle provençale on trouve au minimum, la sainte Famille (Marie, Joseph et Jésus), l’âne et le bœuf qui réchauffent le petit Jésus même si en Provence, il ne fait pas si froid, les bergers et leurs moutons, le ravi qui est en fait le simplet du village qui, les bras en l’air crie à qui veut l’entendre que le Sauveur est né, puis viennent ensuite tous les petits métiers de Provence (le rémouleur, la marchande d’ail, de savons, la poissonnière, le pêcheur, le chasseur …) et les personnages de la pastorale (pièce de théâtre rejouant la nativité en Provence), l’ange, l’aveugle et son fils, Jourdan et  Margarido, Pistachié et le boumian (le gitan) que l’on cache généralement derrière un puit ou une maison. Et pour une petite touche de modernité cette année vous pouvez même vous offrir le Professeur Raoult !

A table !

Votre blé a poussé, la crèche est décorée, maintenant c’est l’heure de manger.

On installe 3 nappes blanches, les 3 coupelles de blé et 3 bougies, le tout représentant la Trinité. Avant de vous mettre à table, n’oubliez pas la cérémonie de la « cachio-fio », de la bûche, qui aujourd’hui est symbolisé par le dessert que l’on sert à Noël. Une bûche sera jetée au feu avec un verre de vin cuit, et on dira « l’an prochain, si nous ne sommes pas plus, que nous ne soyons pas moins … ».

Et c’est parti, le diner peut commencer, ici on l’appelle le Gros souper qui compte 7 plats : la soupe, l’aigo boulido (eau bouillie aromatisée au thym ou au laurier), les escargots, la morue, les légumes, la salade frisée et les fromages de chèvre … et les 13 desserts ! Mais il faudra attendre le retour de la messe de minuit pour les déguster. Le chiffre 13, pour le Christ et ses apôtres, qui viennent apporter à ce Gros souper, une touche sucrée.

Le 25, le déjeuner se fait toujours en famille et se compose cette fois-ci de viande, souvent du gibier rôti, et des 13 desserts qui ne quitteront pas la table pendant 3 jours.

Festivités pour bien commencer l’année

A peine remis du repas de Noël qu’il faut préparer l’Epiphanie ! Le 6 janvier, on ajoutera dans la crèche les 3 rois mages venus d’orient, et on dégustera le gâteau des Rois (et non pas la galette), une couronne en brioche décorée de fruits confits verts et rouges. Le plus jeune enfant se glisse sous la table et dit « pour qui ? « pour mamie, pour tonton … » et celui ou celle qui trouve la fève ou le sujet sera la reine ou le roi, il  devra porter fièrement sa couronne. Le gâteau des rois se mange tout le mois de janvier.

Février pointe ensuite le bout de son nez, le temps de Noël se termine par la Chandeleur, qui est le temps de la purification. La procession des fidèles tenant une bougie verte, avec la Vierge noire, part du Vieux-Port jusqu’à l’ Abbaye Saint-Victor, où a lieu la messe dans les cryptes et bénédiction par l’archevêque du Four des navettes. La navette est un biscuit sec parfumé à la fleur d’oranger dont la forme rappelle la barque qui amena il y a fort longtemps les saintes sur les rivages de la Méditerranée.

Les santons regagnent sagement leurs boites, le blé est fané, les 13 desserts sont tous mangés … la magie de Noël est terminée mais reviendra vite l’an prochain !

Nos suggestions