La TreilleLe village d’enfance de Marcel Pagnol

Balade au village de la Treille

Pour découvrir le cœur du pays d’enfance de Marcel Pagnol, il faut commencer par une partie “en ville”, même si en réalité il s’agit d’un noyau villageois préservé, qui a connu peu de changements depuis toutes ces décennies. Vous l’aurez compris, il s’agit de la Treille. 

Le village de la Treille  

A mi-chemin entre Allauch et Aubagne, et précisément entre le vallon de la Martheline et le vallon de Passe-Temps, le quartier de la Treille est un petit village dans les quartiers Est de Marseilleperché sur une colline du massif de l’Etoile et situé à proximité du quartier des Camoins 

La Treille ou les Bastides Blanches 

La Treille a conservé son charme d’antan. Les amoureux de Pagnol peuvent s’y promener et telle une immersion dans le passé, retrouver des éléments ayant servi de décor naturel pour de nombreuses histoires, puis les tournages des films et adaptations. Le village inspire au romancier le village des “Bastides Blanches” de son roman en deux tomes, “L’Eau des collines”.  

L’église Saint-Dominique 

Elle date de la fin du 19ème siècle et elle est remarquable pour son clocher à étages construit sur un narthex ajouré accolé à la façade. Dans sa nef résonne encore les sermons du bouillant curé des “Bastides Blanches”. Dans les films de Pagnol, on retrouve son parvis dans La fille du puisatier” (1940) et “Manon des Sources” (1952). 

 

La fontaine 

Elle est située sur une petite place à proximité de l’église. C’est là où jaillit depuis 1870 la précieuse et rare “eau des collines”. Aujourd’hui, cette fontaine sur vasque est appelée la “fontaine de Manon”.  

 

La villa Pascaline 

Dans les années 30, Marcel Pagnol a loué cette maisontoujours visible depuis le chemin des Bellons. Il y tourna même quelques scènes de son film “Cigalon” (1935). 

 

La Bastide Neuve 

La famille Pagnol traversait la Treille à pied pour se rendre à la Bastide Neuve, au hameau des Bellons (commune d’Allauch)situé à la sortie du village. Joseph Pagnol, père de Marcel décida de louer en 1904 une maison afin de permettre à son épouse de profiter du grand air, en raison de sa santé fragile. La maison existe encore, même si elle est laissée à l’abandon. 

Le Saviez-vous ?

La magie du cinéma : le joli film d’Yves Robert sorti en 1990, d’après le roman éponyme “La Gloire de mon père” a utilisé en réalité plusieurs villages provençaux pour le tournage. Charleval abrite l’école de Joseph Pagnol. Grambois sert de décor pour le village de la Treille. Ses ruelles et sa place ont servi pour la scène de la chasse aux bartavelles  le père de Marcel Pagnol vient se faire photographier par le curé avec ses trophées. Allauch abrite la maison qui a servi de décor à la « Bastide Neuve », en réalité un domaine de chasse privé situé dans le quartier de Pichauris. 

Le cimetière  

Situé au pied du village, tous les membres de la famille Pagnol y reposent en paix. Le site est un passage de recueillement incontestable. 

 

Le Cigalon 

Le choix du nom de ce restaurant à la Treille est délibéré pour rendre hommage au film éponyme. Lors du tournage, Pagnol et ses équipes y avaient leurs habitudes pour le déjeuner. En savoir plus sur Le Cigalon

Après cette promenade à travers la Treille, il y a les fameuses collines qui entourent le village et qui recèlent de nombreux autres points d’intérêts qui permettent de s’immerger dans le monde de Marcel Pagnol.

Nos suggestions