Office de tourisme et des congrès

Parc National des Calanques

Connu dans le monde entier pour ses paysages grandioses de falaises calcaires plongeant dans la mer  et la grotte Cosquer, le site des Calanques abrite également une biodiversité et un patrimoine culturel exceptionnels.  
Situé aux portes de la deuxième ville de France – et dès 2016 de la Métropole Aix - Marseille - Provence – et sillonné pour sa partie marine par un intense trafic, ce monument naturel est soumis à de multiples pressions et risques qui menacent ses équilibres écologiques - (pollutions concentrées ou diffuses, fréquentation massive sur certaines périodes et sites, incendies de forêt, prélèvements excessifs et braconnage …).

10e parc national français, et premier parc national en Europe à la fois terrestre, marin, insulaire et périmétropolitain, le Parc national des Calanques est un véritable projet de territoire.
L’établissement public du Parc national des Calanques, sous la tutelle du ministère chargé de l’environnement,  anime la Charte et la met en œuvre avec les grandes collectivités et en associant les acteurs du territoire : habitants, professionnels, usagers, associations.
www.calanques-parcnational.fr/fr

©PNCal

Le Périmètre du Parc national est constitué de plusieurs types d’espaces :

  • Le « cœur » - 8 500 hectares à terre répartis sur 3 communes (Marseille, Cassis et La Ciotat) et     43 500 hectares en mer - où s’applique la réglementation spéciale du Parc national afin d’assurer une protection renforcée des patrimoines.
  • L’« aire d’adhésion » - 2 630 hectares à terre, répartis sur 3 communes (Marseille, Cassis et La Penne-sur-Huveaune) - constitue le territoire en solidarité écologique et continuité géographique avec le cœur, sur lequel les communes s’engagent volontairement pour y favoriser le développement durable, avec l’appui du Parc national. Les règles de protection de l’environnement y sont celles du droit commun
  •  l’« aire maritime adjacente » - 97 800 ha en mer – est également une zone de transition où le Parc ne réglemente pas les activités mais appuie ses partenaires en vue de la réduction des pollutions et d’une organisation cohérente des usages.

Les principales missions de l’établissement sont de contribuer à la connaissance pour répondre aux grands enjeux méditerranéens (terrestres et marins dans un contexte périurbain), transmettre les valeurs des Parcs nationaux et la connaissance aux publics, assurer la gestion du territoire du Parc national en conciliant protection, respect du caractère du site et accueil de tous les publics et de concourir au développement durable et au rayonnement du territoire.
L’atteinte de ces objectifs repose avant tout sur des mesures de gestion, comme  l’aménagement, l’entretien des milieux, une réglementation spéciale qui encadre les usages, ou encore la sensibilisation des visiteurs.

Au sein de l’équipe du Parc, les gardes moniteurs mettent en œuvre au quotidien les missions du Parc national sur le terrain : observer, informer,  gérer et contrôler.
Durant la saison estivale, les écogardes, agents saisonniers, renforcent chaque année les équipes de terrain pour informer et guider les visiteurs dans la découverte du territoire et contribuer à la veille face aux différents risques.

Tourisme

Le Parc national des Calanques représente une forte attractivité pour le territoire et un enjeu touristique majeur.
Dans l’objectif de concilier le développement des activités de tourisme et la préservation des patrimoines naturels, paysagers et culturels, Le Parc national a noué des partenariats étroits avec les acteurs institutionnels du tourisme : Comité régional du Tourisme, Bouches-du-Rhône-Tourisme, Office de tourisme de Marseille, Office de tourisme de La Ciotat, Office de tourisme de Cassis.
Ces partenariats et la structuration d’un réseau solide tiennent une place majeure dans la réussite de des objectifs de la Charte :

  • accueillir, éduquer et sensibiliser tous les publics à l’environnement exceptionnel du Parc national des Calanques,
  • trouver le bon équilibre entre développement des activités de pleine nature et protection de l’environnement, et garantir un « tourisme durable » ;
  • maitriser la fréquentation et organiser des pratiques sportives et de loisir éco-responsables