Never Twenty One - Smaïl Kanouté

Never Twenty One - Smaïl Kanouté

Culture, Danse à Marseille 3ème

À partir de :  16 Tarif plein
  • Dans sa pièce, Smaïl Kanouté dénonce les morts violentes qui touchent les jeunes de moins de 21 ans et rend hommage à leur mémoire.

  • 21, comme l’âge de la majorité aux États-Unis. 21, comme le poids que perd un corps quand la vie le quitte, d’après la science. 21, comme le numéro-totem symbolisant, entre autres, le dépassement de soi. 21 : l’âge que beaucoup de jeunes impliqués dans des gangs mafieux n’atteignent jamais, victime de meurtres par arme à feu dans les quartiers défavorisés de Johannesburg, Rio ou New York.

    C’est justement dans la capitale américaine, en plein Bronx, que le plasticien-chorégraphe Smaïl...
    21, comme l’âge de la majorité aux États-Unis. 21, comme le poids que perd un corps quand la vie le quitte, d’après la science. 21, comme le numéro-totem symbolisant, entre autres, le dépassement de soi. 21 : l’âge que beaucoup de jeunes impliqués dans des gangs mafieux n’atteignent jamais, victime de meurtres par arme à feu dans les quartiers défavorisés de Johannesburg, Rio ou New York.

    C’est justement dans la capitale américaine, en plein Bronx, que le plasticien-chorégraphe Smaïl Kanouté a fait germer, d’abord en vidéo, ce projet de danse engagée placé sous ces deux chiffres.

    Never Twenty One a depuis évolué en un trio incantatoire, sorte de requiem à ces âmes disparues avant l’âge adulte, dont les vies tanguaient au bord du vide. Alors que la pop culture fétichise et romance la violence urbaine à longueur de clips et de films, le show ramène ces récits dans la chair sociale et humaine en donnant à entendre les témoignages des proches, et en problématisant ces tragédies sous l’angle de la politique de territoire et du contrôle des armes à feu.

    Le trio porte ses slogans, ses noms et ses hommages à même la peau, et se lance dans l’impossible : incarner le choc du meurtre, l’impalpabilité de ces vies fauchées, l’innocence d’adolescents emportés dans une surenchère de force entre gangs rivaux. La chorégraphie bascule entre pathos, vindicte et chamanisme dans une suite de coups de pression étincelants, sur une scène sombre et nue.

    Chorégraphie, interprétation : Smaïl Kanouté
    Danseurs : Aston Bonaparte, Jérôme Fidelin
    Regard extérieur : Moustapha Ziane
    Scénographe : Olivier Brichet
    Son et lumières : Paul Lajus
    Body painting : Lorella Disez
    Costumières : Rachel Boa et Ornella Maris
  • Langues parlées

    • Français
  • Du 28 septembre 2021 au 30 septembre 2021
  • Plein tarif
    16 €
  • Tarif réduit
    8 €
Horaires

Horaires

  • Le 28 septembre 2021 à 20:15
  • Le 30 septembre 2021 à 19:30
Est programmé par
Nos suggestions