Go Go Othello - Ntando Cele

Go Go Othello - Ntando Cele

Culture, Performance artistique à Marseille 3ème

  • Une performance qui interroge la place des noirs au théâtre et les stéréotypes de genre et de race.

  • Sur la scène d’un étrange cabaret, Ntando Cele se fait strip-teaseuse et ce qu’elle met à nu n’est pas son corps, mais la façon dont on le regarde.

    Dans une salle de théâtre reconfigurée en night club, la performeuse sud-africaine Ntando Cele ouvre le débat, et déplie son corps comme une carte de guerre. Elle veut mettre à mal la tradition qui consiste à faire jouer les personnages de couleur par des acteurs blancs, qui se peignent en noir. Orson Welles interpréta Othello ? Ntando Cele...
    Sur la scène d’un étrange cabaret, Ntando Cele se fait strip-teaseuse et ce qu’elle met à nu n’est pas son corps, mais la façon dont on le regarde.

    Dans une salle de théâtre reconfigurée en night club, la performeuse sud-africaine Ntando Cele ouvre le débat, et déplie son corps comme une carte de guerre. Elle veut mettre à mal la tradition qui consiste à faire jouer les personnages de couleur par des acteurs blancs, qui se peignent en noir. Orson Welles interpréta Othello ? Ntando Cele lui intenterait un procès. Ainsi qu’au monde du spectacle occidental, longtemps complaisant. La cause est toujours vive : des acteurs blancs persistent à vouloir endosser le rôle emblématique du Maure de Venise. Dans l’ambiance canaille du club, univers nocturne aux relents d’amours tarifés, Go Go Othello poursuit sa charge en remettant les stéréotypes liés à l’origine raciale, dans l’art contemporain, l’assignation implicite faite à incarner sa couleur, à justifier d’être noir.e dès qu’on expose son travail.

    Ntando Cele devient stripteaseuse pour d’une part dénoncer la réification du corps de la femme, l’exploitation systématique quand on est femme et racisée, et d’autre part pour se servir du pole danse comme un tremplin pour assumer et retrouver sa puissance.

    Ntando Cele, l’artiste sud-africaine basée à Berne, a étudié le théâtre à Durban avant de poursuivre une formation pluri-artistique à DasArts à Amsterdam. En collaboration avec Raphael Urweider, elle fonde Manaka Empowerment Prod. en 2013.

    Afriques Fantastiques - Fantastic Africa est une fête rassembleuse imaginée par Julie Kretzschmar (Les Rencontres à l’échelle – BP) et Jay Pather, directeur artistique de deux festival au Cap. Ce week-end qui vient clore le QG Here Comes Africa donne à voir des formes artistiques performatives exigeantes, issues principalement des scènes de Kinshasa et du Cap.
    Construite autour de l’invitation à une quinzaine d’artistes inscrit·e·s dans le champ de la performance qui travaillent et vivent sur le continent africain mais aussi issu·e·s de la diaspora, la programmation fait se téléscoper des fictions et des imaginaires racontant l’Afrique comme lieu d’utopies. En transformant une iconographie héritée du passé, en effaçant les vestiges d’une vision euro-centrée, une jeune génération d’artistes réactive au présent des mythes fondateurs, voire en compose de nouveaux, et esquisse les paysages d’autres futurs africains.
    Ce week-end festif est l’occasion de rencontrer l’Afrique telle qu’elle se raconte en ce moment à travers des gestes radicaux ou subversifs, telle qu’elle et par elle-même au présent.

    Afriques Fantastiques - Fantastic Africa
    Dans le cadre de Here Comes Africa
  • Langues parlées

    • Français
  • Tarifs

    Sur réservation, dans la limite des places disponibles.
Horaires

Horaires

  • Le 9 juillet 2021 à 21:00
Est programmé par
Nos suggestions