• image_fond
Vous êtes ici : Découvrir Marseille  >  Marseille et son patrimoine  >  Le cours Belsunce
 

Le cours Belsunce et le cours Saint-Louis

Le carrefour cours Belsunce - cours Saint-Louis est le point zéro de la ville, c’est à partir de là que sont mesurées les distances entre Marseille et les autres villes de France.

Au XVIIe siècle, suivant l’exemple d’Aix-en-Provence, Marseille décida d’ouvrir son Cours qui était la promenade favorite des Marseillais. C’est sur le cours, baptisé plus tard Belsunce en souvenir de l’évêque de Marseille qui s’illustra pendant la Grande Peste de 1720, que se que se tient chaque année du 15 juin au 14 juillet, la foire à l’ail et aux tarraïettes (petite vaisselle en terre cuite).

En traversant le cours Belsunce, vous apercevez du côté gauche l’arc de Triomphe de la Place d’Aix élevé en 1839 par l’architecte Michel-Robert Penchaud. Lors de l’agrandissement de la ville en 1666, l’ouverture de la Porte Royale (future Porte d’Aix) procura à Marseille une entrée plus large pour le trafic des voyageurs et des marchandises entre la France, Marseille et l’Orient.

De l’autre côté se trouve le cours Saint-Louis sur lequel étaient installés les 18 pavillons en fonte des bouquetières ; de 1847 à 1968 leurs étals colorés ont fait le bonheur des passants et les artistes de l’Alcazar ne manquaient jamais d’y acheter une rose porte-bonheur avant d’entrer en scène.

Vous apercevez à droite la fontaine Castellane située sur l’axe Porte d’Aix-Obélisque, qui est l’une des plus longues perspectives d’Europe.

L’Alcazar
Au 44 du Cours Belsunce, la nouvelle Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale (BMVR) de l’Alcazar a été ouverte au public en mars 2004 à l’emplacement du célèbre « Théâtre de l’Alcazar ». Mais bien avant, en 1636, c’était la maison de « L’Institut des Prêtres du Saint-Sacrement » placée sous le patronage de Saint Hommebon. Les prêtres de la Mission de Provence ne prononçaient aucun vœu et y vivaient en communauté pour le salut des âmes jusqu’à la Révolution Française. Alors les prêtres laissèrent la place à une auberge : « l’auberge neuve » dès le début du XIXe siècle.

C’est en 1857 que le café concert ouvre ses portes en plein cœur de Marseille, dont l’activité portuaire est à son apogée. Durant plus d’un siècle l’Alcazar incarne la scène marseillaise, des opérettes des années folles au début du show business des années cinquante-soixante. Des vedettes telles que Fernandel, Tino Rossi, Maurice Chevalier, Yves Montand, Georges Brassens, Johnny Hallyday,…furent à l’affiche.
En 1966 le lieu mythique du music-hall ferme ses portes et le 14 novembre 2004, après une année de fouilles et quatre années de travaux, la bibliothèque est inaugurée par le président Jacques Chirac.

La conception de la BMVR par les architectes Adrien Fainsilber et Didier Rougeon. est un judicieux mélange de modernisme et de tradition. Le marbre, la tuile et le verre ont été mariés pour tirer le meilleur d’un climat particulier et utiliser l’éclairage naturel voire même l’adapter.
La BMVR, qui s’étend sur 18 000 m2, accueille quelques 55 000 inscrits et 10 000 visiteurs par jour. Elle offre 350.000 documents (livres, périodiques, vidéos, CD) en libre accès et quelques 700.000 ouvrages en magasins. L’Alcazar possède des fonds précieux : près de 200 manuscrits médiévaux, une collection de 143 incunables, les archives des Cahiers du Sud… Le public dispose de 1700 places assises et 230 ordinateurs en en libre accès et 200 agents à son service.

A- A+ | PARTAGER | Impression
 
Réservez votre Hébergement
Chercher un hébergement
Météo
air
17 °C
ciel:
Beau météo