Office de tourisme et des congrès

La Friche Belle de Mai

Sortir à Marseille autrement à la Friche Belle de Mai

Lorsque les trains quittent la gare Saint-Charles, alors que les rails grincent encore sous leur ventre, ils longent lentement la fusion étrange de vieux locaux industriels et d’architecture moderne. Aujourd’hui, la friche Belle de Mai est un incontournable lieu de vie de la culture marseillaise.

Visiter Marseille et son histoire

La Friche est le témoin d’une histoire méconnue de Marseille : celle des fabriques de tabac, à l’époque de la SEITA. Au XIXème siècle, la Manufacture des Tabacs de la Belle de Mai était le siège de l'une des plus importantes fabriques de France. En 1860, l'établissement, à cette époque située rue Sainte près du Vieux-Port, fut le premier employeur de la ville et la deuxième manufacture de France, derrière Paris. La manufacture produisit (entièrement à la main) près de cent millions de cigares par an. En raison de l'insalubrité de ses locaux, la manufacture des tabacs dut sortir du centre de Marseille et quitta, en 1868, la rive sud du Vieux-Port pour s'installer à la Belle de Mai. Après s’être agrandie plusieurs fois, la manufacture des tabacs de la Belle de Mai, qui appartenait à la SEITA, se spécialise dans les années 50, dans la production de cigarettes Gauloises et Gitanes. Au début des années 60, elle produit environ 1/5e des Gauloises alors consommées en France. Mais la mode est au tabac blond, de 1000 salariés en 1960, l'usine passe à un effectif de 250 en 1988, deux ans avant sa fermeture définitive. Visiter la Friche à Marseille c’est donc approcher le quotidien d’une grande partie des marseillais de l’histoire contemporaine.

Les débuts de l’histoire de la Friche, endroit où sortir à Marseille

Le projet “Friche la Belle de mai” est né en 1992. Il s’agit de créer un lieu de résidence et de production artistique, qui investirait l'ancienne Manufacture des tabacs de douze hectares qui surplombe le quartier populaire de la Belle de Mai. Une convention d'occupation précaire à titre gracieux est convenue avec la SEITA encore propriétaire des lieux. Cet ensemble architectural imposant et exceptionnel est l'un des derniers témoins de l'apogée industrielle de la cité phocéenne que la crise économique a déconnecté de son environnement. Au fil des mois, de nombreux producteurs, opérateurs culturels et équipes artistiques vont visiter à Marseille ce complexe unique et rejoindre le projet. En 2001/2002, le site est “îloté” en trois pôles : un pôle patrimonial et institutionnel, un pôle multimédia, et enfin un troisième “îlot” défini en 2002 dans le frottement entre les deux autres, en tant que pôle dédié à la culture vivante.

La Friche aujourd’hui

La Friche a considérablement développé son activité notamment depuis l’impulsion donnée par Marseille-Provence 2013 capitale de la culture. De nouveaux aménagements ont été lancés pour l’occasion, dotant le complexe de la Tour Panorama, qui a rendu accessible le toit-terrasse de 8 500 m² pour une vue exceptionnelle sur la ville, jusqu’à la mer. Profitant du dispositif « Quartiers Créatifs » de la Capitale Européenne une aire de jeu pour enfants est créée par les architectes « Encore Heureux » tandis que les artistes paysagistes Jean-Luc Brisson et David Onatzki organisent des jardins partagés pour les habitants du quartier. En outre, deux salles de spectacles furent construites et la crèche de la Friche ouvrit ses portes en 2012. En 2014, la Friche Belle de Mai sortit de ses propres murs avec la création du cinéma le Gyptis en plein coeur du quartier de la Belle de Mai. En 2015, l’Institut Méditerranéen des Métiers du Spectacle a ouvert ses portes aux élèves de 3ème année de l’Ecole régionale d’Acteurs de Cannes ainsi qu’aux élèves techniciens du Centre de formation des Apprentis piloté par l’ISTS d’Avignon. Le café-librairie la salle des Machines jouxte aujourd’hui le Playground dans le prolongement du skatepark et la place des quais accueille de nouvelles salles de répétitions. Avec près de 350 000 visiteurs par an, la Friche Belle de Mai est un espace public multiple de 100 000 m² de surface. Elle est ouverte à tous, tous les jours, toute l’année, on peut venir y voir une exposition, y déjeuner, s’y promener ou faire du sport, voir un concert, une pièce de théâtre, participer à un atelier avec ses enfants ou profiter du cinéma l’été sur son toit-terrasse !
Depuis 2016, le club Cabaret aléatoire y a ouvert ses portes et fait le bonheur des adeptes de musique électronique, avec une programmation et un espace de grande qualité pour des prix très accessibles. Un lieu unique qui redéfinit l’acte de sortir à Marseille mais aussi la manière de la visiter.

Découvrez la programmation culturelle de la Fiche 

OTCM