Office de tourisme et des congrès

La Friche Belle de Mai

La Friche, témoin de l’histoire de Marseille

L’époque de la Seita…
Au XIXe siècle, la Manufacture des Tabacs de la Belle de Mai est le siège de l'une des plus importantes fabriques de France. En 1860, l'établissement, à cette époque située rue Sainte près du Vieux-Port, est le premier employeur de la ville et la deuxième manufacture de France, derrière Paris.
La manufacture confectionne (entièrement à la main) près de cent millions de cigares par an. En raison de l'insalubrité de ses locaux, la manufacture des tabacs quitte en 1868 la rive sud du Vieux-Port pour s'installer à la Belle de Mai, à côté de la raffinerie de sucre Saint Charles.
L'usine, longeant la voie ferrée, connaîtra ensuite plusieurs phases d'agrandissement liées à l'augmentation de la consommation de cigarettes et à l'évolution des modes de production (électrisation progressive des machines).
Après avoir produit cigares et scaferlatis, la manufacture des tabacs de la Belle de Mai, qui appartient à la SEITA, se spécialise dans les années 50, sous l'injonction d'une nouvelle stratégie industrielle décidée à Paris, dans la production de cigarettes Gauloises et Gitanes.
Au début des années 60, elle produit environ 1/5e des Gauloises alors consommées en France. Mais la mode est au tabac blond, de 1000 salariés en 1960, l'usine passe à un effectif de 250 en 1988, deux ans avant sa fermeture définitive.
 

Les débuts de l’histoire de la Friche…
En avril 1992 nait le projet Friche la Belle de mai, lieu de résidence et de production artistique, qui investit l'ancienne Manufacture des tabacs de douze hectares qui surplombe le quartier populaire de la Belle de Mai. Elle établit avec la SEITA, propriétaire, une convention d'occupation précaire à titre gracieux. Cet ensemble architectural imposant et exceptionnel est l'un des derniers témoins de l'apogée industrielle de la cité phocéenne que la crise économique a déconnecté de son environnement.
Au fil des mois, de nombreux producteurs, opérateurs culturels et équipes artistiques vont rejoindre le projet Friche.
En 2001/2002, le site est « îloté » en 3 pôles : la mise en œuvre d'un pôle patrimonial et institutionnel d'un côté (Centre Interdisciplinaire de Conservation et Restauration du Patrimoine, Archives Municipales, Réserve des Musées de Marseille et de l'INA-antenne Méditerranée) et d'un pôle multimédia (industries de l'audiovisuel et du multimédia) de l'autre.
Le troisième "îlot" se définira donc, en 2002, dans le frottement aux deux autres, en tant que pôle d'auteurs dédié à la culture vivante.
 

La Friche aujourd’hui…
Depuis plus d’une dizaine d’années, et en particulier grâce à Marseille-Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture qui  a permis à notre territoire de valoriser la richesse de son patrimoine et le foisonnement artistique et culturel, la Friche a considérablement développé son activité.
Ainsi, la Friche aménage pour MP 2013 de nouveaux espaces de travail et de circulation et se dote de plateaux d'exposition de grande qualité, la Tour-Panorama. Ces travaux permettent de rendre accessible le toit terrasse de 85000 m2 qui offre un panorama exceptionnel sur la ville, jusqu'à la mer.
La crèche de la Friche, ouvre en 2012.
En 2013, l'Agence Construire réalise deux magnifiques salles de spectacle en bois de 370 et 150 places assises réalisées en à peine 6 mois de travaux !

Profitant du dispositif « Quartiers Créatifs » de la Capitale Européenne une aire de jeu pour enfants est créée par les architectes Encore Heureux tandis que les artistes paysagistes Jean-Luc Brisson et David Onatzki organisent des jardins partagés pour les habitants du quartier.

En octobre 2014 elle sort de ses murs en créant le cinéma le Gyptis au cœur du quartier de la Belle de Mai (maîtrise d'Œuvre Olivier Moreux).

En 2015, l'Institut Méditerranéen des Métiers du Spectacle est construit (maîtrise d'Œuvre Duchier – Pietra). Ce nouvel équipement rassemble  les élèves de 3ème année de l'Ecole Régionale d'Acteurs de Cannes et les élèves techniciens du Centre de Formation des Apprentis piloté par l'ISTS d'Avignon.

Un café – librairie La salle des Machines  est ouvert. Il jouxte le Playground, aire de sports urbains créée dans le prolongement du skate park.
La place des quais  – espace de détente et de loisir -, un espace jeunesse et de nouveaux espaces de bureaux et de répétition sont créés afin d'accueillir de nouvelles activités.

Avec près de 350 000 visiteurs par an, la Friche la Belle de Mai est un espace public multiple de 45 000 m2.
Sur ce nouveau territoire culturel et urbain, on imagine, on crée, on travaille pour que chaque idée puisse trouver son terrain d'application. Toutes les formes d'expressions artistiques se retrouvent ici. Toutes les tendances. Toutes les générations. La découverte, la rencontre, le débat, l'inattendu sont à tous les coins de rues de ce bout de ville.
La Friche est ouverte à tous, tous les jours, toute l’année, on peut venir y voir une exposition, y déjeuner, s’y promener ou faire du sport, voir un concert, une pièce de théâtre, participer à un atelier avec ses enfants ou profiter du cinéma l’été sur son toit-terrasse !

Découvrez la programmation culturelle de la Fiche 


"Marseille ne se donne pas, elle se découvre. C'est pourquoi le Syndicat des Architectes des Bouches-du Rhône se propose de s'aventurer avec vous sur ce chemin afin de se(re)découvrir certaines de ses richesses architecturales contemporaines, de décrypter ses codes construits, ses quartiers, ses ambiances...C'est le principe de la promenade architecturale" www.architectouro.fr

OTCM